Conseil en gouvernance et recrutement d’administrateurs 

Twitter LinkedIn E-mail RSS
formats

Retour d’Aliath sur les derniers événements de 2012 célébrant l’entrepreneuriat

En cette fin d’année 2012, Aliath s’est rendu à quatre événements majeurs dans le monde de l’entrepreneuriat en France : les Trophées PME Bougeons-nous (22 octobre), le Prix de l’Entrepreneur de l’Année d’Ernst & Young – L’Express (25 octobre), les BFM Awards (12 novembre), les Women’s Awards de La Tribune (03 décembre). Aliath a également assisté à la convention annuelle de l’Association des Administrateurs Professionnels Indépendants Associés (APIA), le 04 décembre.

Dans le sillage de ses réflexions sur la gouvernance des ETI/PME, Aliath s’est intéressé à décrypter les points communs entre tous les entrepreneurs mis en lumière, lors des différents événements célébrant l’entrepreneuriat et le succès de quelques entreprises exemplaires. S’il est commun de dire que « la chance sourit aux audacieux », le succès des lauréats récompensés ces derniers mois répond lui aussi à quelques critères qui ne viennent pas du hasard.

Derrière ces entreprises qui performent, ces entrepreneurs qui montrent l’exemple, il y a cette posture qui se caractérise par une incarnation de l’entreprise par son dirigeant, un engagement total qui vise le long terme, une capacité réelle à prendre des risques, et des qualités humaines exemplaires. S’il est bien une illustration de la Responsabilité Sociétale d’Entreprise (RSE), c’est l’exemple que montrent ces femmes et ces hommes en agissant au quotidien pour l’intérêt social de leurs entreprises et, à travers elles, de tout leur écosystème d’affaires.

Aliath a souhaité revenir sur plusieurs des temps forts qui auront accompagné la remise des prix aux entrepreneurs méritants de 2012 :

Temps fort n°1 : LIPPI (www.lippi.fr), le lauréat du Trophée PME Bougeons-nous dans la catégorie « Entreprise Familiale »

La PME – 250 salariés, spécialisée dans les solutions de clôture depuis près de 50 ans, n’a vraiment rien à envier aux plus grands. Dirigée par les deux petits-fils du fondateur, Julien et Frédéric Lippi, cette entreprise familiale de 3ème génération, a de quoi montrer l’exemple avec sa relocalisation de la production en France, son programme de formation pour tous les salariés aux nouvelles technologies et 30% de son chiffre d’affaires réalisés à l’international. Ses atouts ? Des dirigeants qui ont développé une culture de la confiance qui encourage les initiatives internes de leurs salariés, ainsi qu’un état d’esprit entrepreneurial fort que l’on retrouve dans leur définition prospective du métier de LIPPI : « Réinventer des Espaces de Liberté« .

Temps fort n°2 : Jean-Luc Petithuguenin, Président de PAPREC (www.paprec.com), Prix de l’Entrepreneur de l’Année

Le Prix de l’Entrepreneur de l’année décerné à Jean-Luc Petithuguenin, a récompensé le développement et le succès de son ETI – 2500 salariés, spécialiste du recyclage et de la valorisation des déchets, mais elle a surtout mis en lumière un homme, un patron exemplaire. Une exemplarité déclinée autour d’une ambition forte « je veux devenir un champion français« , d’une audace particulièrement remarquable – l’homme a depuis 20 ans toujours réinvesti les bénéfices réalisés pour financer le développement de son entreprise, et de principes, dont la promotion forte de la diversité au sein de l’entreprise est l’un des premiers « je trouve toujours insupportable une société où il n’y aurait que des hommes bac+5, âgés de 35 ans« .

Temps fort n°3 : Jean-Marc Gaucher, PDG de REPETTO (www.repetto.com), BFM Award de l’Entrepreneur 2012

La particularité de l’Award de l’Entrepreneur est de récompenser un entrepreneur dont la réussite s’est particulièrement illustrée au cours des douze derniers mois. Le cas de Repetto est à ce titre remarquable. L’entreprise, créée en 1947, est au bord de la faillite quand elle est reprise en 1999 par Jean-Marc Gaucher. 13 ans plus tard, le chiffre d’affaires a été multiplié par 10 pour atteindre 60 millions d’euros, l’entreprise compte 300 salariés et ses performances sont jugées exceptionnelles – inauguration toute récente d’une usine en Dordogne.

Un secret à partager ? Derrière l’homme, véritable autodidacte du monde des affaires, se cache un entrepreneur hors pair qui a su repositionner son entreprise vers un segment haut de gamme adossé à l’univers de la danse. Un univers, la danse, qu’il ne connaissait pas, pas plus que son produit, la ballerine ; mais qu’importe, il en a compris les codes – la passion, le rêve, il en a su les exigences et les a appliquées – la rigueur, l’amour du travail bien fait. Aujourd’hui, son entreprise s’exporte en Chine et vient de lancer une gamme de vêtements.

Temps fort n°4 : Nathalie Lebas-Vautier, Cofondatrice et Directrice générale d’EKYOG (www.ekyog.com), lauréate des Women’s Award, catégorie « Green business »

Aux Women’s Awards, ce sont les femmes entrepreneurs qui sont à l’honneur et le constat est qu’elles sont aujourd’hui plus nombreuses à occuper des postes à responsabilités, à embrasser des carrières à la tête des start-up d’avenir comme des grands groupes à l’international. Nathalie Lebas-Vauthier, passionnée de mode et de management, n’a pas hésité à sortir des sentiers battus et à réinventer un modèle économique dans le monde de la mode, si exigeant, afin d’offrir des produits à la fois écologiques et esthétiques. Un modèle de développement porté par un modèle d’entreprise tourné vers l’humain et le projet collectif.

Temps fort n°5 : La convention annuelle de l’APIA sur le thème « l’administrateur indépendant et la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) en ETI/PME »

C’était un point commun et un atout fort des différents prix remis cette année aux entrepreneurs et l’APIA ne s’y est pas trompé avec le thème défini pour sa convention annuelle. La RSE est indéniablement un facteur de performance discriminant pour les entreprises. Cela a d’ailleurs été largement illustré par Olivier de Guerre, Président de la société de gestion PhilTrust Active Investors, précisant l’impact positif de l’innovation sociale et environnementale sur la performance mais aussi sur la stratégie de l’entreprise. En permettant une meilleure adhésion des salariés au projet d’entreprise, la RSE constitue une formidable opportunité pour le dirigeant d’établir de nouvelles relations avec ses actionnaires autour d’enjeux innovants, extra financiers et de moyen terme. De son côté, l’administrateur indépendant trouve dans ce nouveau contexte une latitude réelle pour donner tout son sens à son rôle au sein des conseils.

Dominique Druon, 10 décembre 2012

credit
© 2012 Aliath - Tous droits réservés